Seite-15-iStock-1139873768.jpg

Guarding Minds | Renforcer la santé psychique au travail

14 janvier 2020 / Tom Bögli
La santé psychique du personnel dépend beaucoup de l’entreprise. Des chercheurs ont identifié treize facteurs ayant un impact positif tant sur l’équilibre psychologique que sur l’engagement, à responsabilité partagée entre collaborateur·trice·s et responsables.

La santé: une quête par étapes

Les chercheurs ont comparé des entreprises où les collaborateur·trice·s présentaient une excellente résistance psychique avec d’autres ayant enregistré de longues absences liées à des troubles psychiques.

Leur conclusion est que la santé mentale au travail dépend de l’impact positif exercé par treize facteurs, sur la base desquels a été développé le programme «Protégeons la Santé Mentale au travail» (PSMT). Ils sont réexaminés et adaptés tous les cinq ans. Nous vous les présentons ci-après dans leur version actualisée.

Au Canada, un groupe de chercheurs étudie depuis des décennies les conditions-cadres optimales de la santé psychique au travail. Il rassemble, sous l’égide de l’Université Simon-Fraser de Vancouver, employeurs, syndicats et médecins du travail, ainsi que des juristes spécialisés et des expert·e·s du domaine politique.

Les 13 facteurs

  1. Accès sécurisé à du soutien psychologique
  2. Culture d’entreprise
  3. Direction et attentes claires
  4. Courtoisie et respect
  5. Compétences adaptées au poste
  6. Perspectives et possibilités de développement
  7. Reconnaissance et récompense
  8. Représentativité et participation
  9. Charge et volume de travail
  10. Engagement
  11. Equilibre de vie
  12. Mesures de protection psychologique
  13. Sécurité physique au travail (accidents professionnels)

 

Stable pendant des années, cette liste a récemment évolué: la transformation numérique a en effet fait remonter la charge/le volume de travail (actuellement en 9e position) de trois rangs.

"Le facteur numéro un reste la stigmatisation."

Ce classement montre l’importance de thématiques comme la reconnaissance, les félicitations, la charge de travail ou l’adaptation personnelle des collaborateur·trices·s. Un constat qui ne devrait pas surprendre les professionnel·le·s des domaines de la médecine du travail, des RH ou de la gestion de la santé en entreprise.

Mais le facteur numéro un reste la stigmatisation. Si les entreprises qui n’ont pas de tabou avec la «charge mentale» sont à même d’élaborer rapidement des solutions en cas de problèmes psychologiques, ce n’est pas le cas dans celles qui stigmatisent les personnes atteintes: celles-ci risquent alors de ne chercher ni à se faire aider ni à admettre leurs troubles.

"Il n’y a souvent aucune conscience de l’impact de la stigmatisation sur la santé psychologique du personnel."

Des séminaires en entreprise menés par la Fondation Pro Mente Sana ont montré qu’il n’y a souvent aucune conscience de l’impact de la stigmatisation sur la santé psychologique du personnel. C’est pourquoi Pro Mente Sana a mis sur pied son programme PSMT: «Mental Health@Work».

Plus fit, productif, novateur

Ces treize facteurs déterminants s’appliquent à toutes les entreprises, grandes ou petites, du secteur privé comme du secteur public. Dans tous les cas, la santé psychique est une thématique dont la responsabilité est partagée, tant par le management que par le personnel.

Dans l’intervalle, un très grand nombre d’entreprises et d’organisations locales et internationales ont adopté le PSMT – dont Starbucks ou Lloyds Banking Group. Leurs collaborateur·trice·s ne sont pas seulement en meilleure santé et plus productifs, mais également plus novateurs et plus engagés.

"Les coûts liés au stress psychologique dans les entreprises appliquant les treize facteurs sont de 15 à 33% inférieurs."

Des études scientifiques montrent que les coûts liés au stress psychologique dans les entreprises appliquant les treize facteurs sont de 15 à 33% inférieurs à ceux de celles ne les appliquant pas.

En Suisse, le PSMT n’en est encore qu’à ses débuts. Il a été adapté en version «helvétique» par le Dr.Thomas Ihde-Scholl, chef du service psychiatrique des hôpitaux fmi à Interlaken et président de la fondation Pro Mente Sana, qui propose aux entreprises intéressées son programme «Mental Health@Work».

Liens et infos complémentaires


L'auteur

Tom Bögli est l’ancien co-directeur de «Mental Health@work» chez Pro Mente Sana. Il donne des formations sur la santé psychique.

 

Lire le PDF

Vous voulez lire tranquillement cet article?

Téléchargez la version PDF

 

Workshop INSOS

Participez au Workshop Guarding Minds. Le workshop a lieu le 19 mars 2020 à Fribourg.

Infos et programme






Photo: iStock/fizkes

Votre commentaire