Facebook2.jpg

Facebook: quels avantages à quel prix?

16 mai 2019 / Barbara Lauber
Facebook est-il intéressant pour une institution? Qu’apporte une page Facebook? Comment en faire un succès? Le point avec Sam Steiner, spécialiste du marketing en ligne pour PME. Il préconise de se servir de Facebook de manière simple et ouverte.

Facebook est-il adapté aux institutions sociales?

Facebook est une plateforme centrée sur les humains», explique Sam Steiner. «Si l’on y va, c’est pour découvrir de vraies personnes, de vraies histoires.» Et là, les institutions pour personnes en situation de handicap ont des atouts: plein d’histoires réelles, avec des personnes réelles.


Que peut vous apporter une page Facebook?

«Par leur présence sur Facebook, les institutions créent de la proximité, un sentiment d’appartenance, de confiance.» Le public découvre à quoi ressemble leur vie quotidienne. Ce qui contribue à réduire préjugés et appréhensions. «Réussir à créer un sentiment de proximité et d’appartenance permet de mobiliser plus facilement les fans et, si nécessaire, de les impliquer comme un soutien financier ou moral.»

En Suisse, 3’820’000 personnes utilisent Facebook.

Quels sont les thèmes les plus appropriés?

«Facebook est un canal visuel qui a besoin de photos, de vidéos et d’enregistrements en direct.» Les posts sur les coulisses du quotidien sont très appréciés, avec leurs émotions et leur caractère authentique. Quelques thèmes possibles:

  • Une courte vidéo sur la fabrication de bougies.
  • Un album photo ou une «Facebook Story» sur la fête de l’été.
  • La photo et une citation de Mme X qui a créé́ la carte de Noël.
  • L’avis critique de M. Z sur la Journée international des personnes en situation de handicap.

Il est important de noter que toutes les personnes photographiées, filmées ou citées doivent donner leur accord pour la publication (voir ci-dessous Droit à l'image).

Quel est l’investissement en temps?

Selon Sam Steiner, «cela ne prend pas beaucoup de temps si on sort de la logique, du post parfait pour publication sur papier glacé».

Il conseille de fixer un rythme de publication réaliste sans pour autant s’enfermer dans un cadre trop rigide. «Publiez quand vous avez quelque chose d’intéressant à communiquer. Dans le doute, publiez moins mais toujours avec plaisir et envie d’expérimenter, et un œil sûr pour le visuel.» Et bon à savoir: il n’est pas nécessaire de réaliser toutes vos publications vous-mêmes. Utilisez aussi le travail des autres:

  • Créez un lien sur un article qui cite votre institution ou traite d’un sujet intéressant.
  • Partagez des posts, des articles de blogs, des vidéos de tiers, personnes ou organisations, et dites pourquoi vous le faites.

Cela renforcera votre crédibilité́.

  • Enfin, évitez de ne parler que de vous et laissez la parole à d’autres intervenants.

Être sur Facebook, assure proximité, sentiment d’appartenance et confiance.»

Être sur Facebook: combien ça coûte?

Créer une page Facebook ne coûte rien – juste du temps et de l’enthousiasme. Sam Steiner recommande cependant de la promouvoir avec de la publicité: «Investir 5 francs par jour dans une publicité ciblée ou des posts payants renforce considérablement l’impact de vos publications.» Il est essentiel pour cela de commencer par vous familiariser avec la complexité de la publicité sur Facebook, car définir précisément son public-cible est déterminant.


Comment se lancer sur Facebook?

«Faites-en le moins possible avant de commencer!» Disposer d’un concept global de communication est inutile: «Définissez plutôt brièvement vos objectifs et vos messages sur une page A4 et lancez-vous. C’est ainsi qu’on apprend le mieux. Faites un premier bilan au bout de six mois.» Pour ce faire, vérifiez les statistiques de votre page: quels posts ont eu le plus de succès, lesquels ont été́ les plus vus, likés, partagés, commentés. «En tirer vos propres enseignements vous permettra de vous améliorer». Ce que vous pouvez faire avant de commencer:

  • Familiarisez-vous avec Facebook. Consultez les publications d’autres institutions et organisations et relevez ce qui vous interpelle, ce qui vous plaît, ce que vous partagez.
  • Maîtrisez les aspects techniques: lisez la marche à suivre pour construire une page Facebook (en vous référant aux FAQs). Apprenez comment préparer et publier un texte, des photos, des vidéos, des évènements, et comment les promouvoir.


Quelles sont les erreurs les plus fréquentes?

«Le principal obstacle est la pensée ‹ RP › classique. Dépassez-la. Assurez-vous que vos publications ne ressemblent pas à des publicités. Ne vendez ni produits ni services, mais racontez leur histoire.» Montrez par exemple la personne qui a fabriqué un produit. D’où vient le matériel utilisé. Ou alors laissez vos collaborateurs expliquer pourquoi ce produit leur plaît. «Ce type de posts est bien plus intéressant pour ceux qui les suivent et suscite davantage de réactions.»

«Dépassez la pensée ‹ RP › classique. Racontez plutôt des histoires.»

Quels sont les facteurs de succès?

Sam Steiner recommande:

  1. Travailler de manière visuelle: Poster et partager photos et vidéos.
  2. Rester vrai et éviter les posts trop parfaits.
  3. Montrer des personnes.
  4. Ne pas avoir peur de faire des erreurs, en tirer les leçons.
  5. Réagir aux commentaires en remerciant et en restant courtois et positif.
  6. Rester ouvert aux nouvelles expériences: tenter une vidéo, par exemple. Les films ont toujours beaucoup de succès et on peut les réaliser, les couper et les publier facilement avec son téléphone portable.
  7. Autorisez-vous un petit budget publicitaire quotidien: un groupe-cible défini avec précision renforce considérablement votre visibilité́.

Droit à l‘image

Si vous publiez des images ou des sons d’autres personnes, vous devez au préalable obtenir leur autorisation. INSOS Suisse a édité des directives ainsi qu’un modèle à cet effet. Le modèle existe également en langage simplifié.

Voir les modèles de règlements internet





Photo: iStock

Votre commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

et recevez :

Je m’abonne

Bien entendu, nous n’utilisons votre adresse e-mail que pour la newsletter. Vous pouvez facilement vous désabonner.